Faust, C. Gounod

Faust, C. Gounod

Étant donné que Charles Gounod ait nourri l'idée de devenir prêtre à un moment de sa vie, le public d'aujourd'hui peut être un peu surpris que ce compositeur ait choisi d'écrire un opéra dans lequel le héros conclut un pacte avec le diable. Mais Gounod a été élevé dans le maelström culturel du début du XIXe siècle et a donc gardé dans son imagination une marque indélébile de l'histoire de Faust, pièce monumentale en deux parties de Goethe.

Dans la version de Gounod, Faust, désormais un vieil homme, a décidé d'en finir avec la vie. Quand Satan lui apparaît sous les traits de Méphistophélès, Faust accepte de lui donner son âme et de récupérer sa jeunesse perdue en échange. Méphistophélès soumet alors Faust à une autre tentation sous la forme de Marguerite, jeune femme qui lui fait fondre le cœur.

Sous l'influence de Méphistophélès, le comportement de Faust est déplorable. Il disparaît en effet alors que Marguerite porte son enfant. Quand il revient, ce n'est que pour assassiner Valentin, le frère furieux de Marguerite. Perdant presque la tête face à tous ces événements, Marguerite tue son bébé. Alors qu'elle s'apprête à grimper sur l'échafaud, va-t-elle enfin échapper à l'emprise de Faust ou le suivre en enfer ?

Joué pour la première fois au Théâtre Lyrique de Paris le 19 mars 1859, Faust met du temps à connaître le succès, mais quand il est enfin créé à l'Opéra de Paris dix ans plus tard, il devient un véritable phénomène, dominant les affiches du Palais Garnier jusque dans le courant du XXe siècle. C'est à présent au tour de l'Opéra National de Vienne d'accueillir sur sa scène les machinations de Faust et de Méphistophélès.

Gounod est un orchestrateur brillant, chaque scène de Faust étant parfaitement encadrée par son choix d'instrumentation. Et si son protagoniste éponyme possède peu de qualités rédemptrices, la musique que Gounod lui réserve contient les morceaux les plus merveilleusement tendres jamais écrits dans le monde de l'opéra, et plus particulièrement la cavatine Salut ! Demeure chaste et pure, que Faust entonne alors qu'il tente pour la première fois de gagner l'affection de Marguerite.

Réservations:

Pour réserver, veuillez appuyer sur Programme et choisissez la date que vous souhaitez.




Votre réservation
Pas de billets réservés
Recherche rapide