La Princesse de cirque, E. Kálmán

Que devrait-on faire quand les choses tournent mal ? Pour certains, la solution est de s'enfuir et de rejoindre un cirque. C'est précisément ce qui se passe dans La Princesse de cirque, magnifique opérette d'Emmerich Kálmán.

Bouleversé d'apprendre que la femme qu'il aime est destinée à épouser son oncle, le grand duc russe Fedja Palinski, le héros de l'œuvre, se transforme en artiste de cirque et devient le mystérieux Mister X. Si la foule s'émerveille devant les prouesses qu'il réalise sous le chapiteau du Cirque Stanislawski de Saint-Pétersbourg, ce n’est pour lui qu’un prétexte pour cacher son chagrin. Quand la belle Fedora vient assister au spectacle et repousse les avances d'un certain Prince Serge, ce dernier décide de prendre sa revanche en jouant les entremetteurs pour la jeune femme et Mr X. Ce plan visant à couvrir Fedora de honte se retourne toutefois contre lui quand Palinski reconnaît Fedora comme étant la veuve de son oncle et révèle sa véritable identité.

Créée le 26 mars 1926 au Theater an der Wien et faisant à présent son retour à Vienne sur la scène de l'Opéra Populaire, La Princesse de cirque remporte immédiatement un énorme succès. L'opérette viennoise connaît en effet ses derniers instants de gloire et Kálmán en est son grand défenseur. La popularité de La Princesse de cirque est telle que, comme l’annonce une revue de presse de l'époque, pas moins de quarante imprésarios différents en Europe ont conclu des contrats avec le compositeur deux jours à peine après la première pour transférer l'opérette dans leur théâtre.

Le public de ce temps-là adore la capacité de Kálmán à allier spectacle et mélodies accrocheuses. La Princesse de cirque possède en effet tous les ingrédients des grands shows qui sont devenus l’un des piliers de l'âge d'or d'Hollywood. Kálmán a l'immense talent de pouvoir synthétiser ses influences (les danses de sa Hongrie natale, les valses de Vienne et le style naissant du jazz) en un ensemble qui fascine les passionnés de théâtre musical.

Les œuvres si joyeuses qu'il crée pour la scène, lesquelles montrent invariablement leurs personnages centraux surmonter les obstacles se dressant devant eux pour tomber amoureux l'un de l'autre, contrastent cependant fortement avec les tragédies que le compositeur connait dans sa vie personnelle. Kálmán perd en effet un frère au cours de la Première Guerre mondiale et deux de ses sœurs à la fin de la Seconde. L'un des grands amours de sa vie, Paula Dworczak, avec qui il a partagé sa vie pendant près de vingt ans, meurt quant à elle en 1928. Vues sous cet angle, ses opérettes sont une véritable panacée, célébrant le pouvoir de la réconciliation pour guérir l'âme.

Réservations:

Pour réserver, veuillez appuyer sur Programme et choisissez la date que vous souhaitez.




Votre réservation
Pas de billets réservés
Recherche rapide